île de la réunion - mars 18






























biarritz






















je cherche derrière les nuages dans

la crinière de la jument et le crottin des

chèvres sous les remous

de la rivières je reviens en

courant vers Doña j’avais oublié

de regarder dans ses

cheveux ô

merveille un tas de vers

en boule


yann rose


paris - janvier 18


Sophie Calle et son invitée Serena Carone
au musée de la chasse et de la nature













Malick Sidibé, Mali Twist à la Fondation Cartier




morceaux de mort


3

Je pensais

Un jour je serai morte

Dead

Un jour ces prairies seront mortes

Dead

Un jour la lune sera morte

Dead

La vie sera partie



4

Je pensais

Comment penser sa vie

En mettant au centre le fait d’être mortel

Comment envisager sa vie

Comme mortelle

Qu’est-ce qui compterait si je mettais au centre le fait d’être mortelle

Tous les jours des gens meurent

Et un jour l’humanité entière s’éteindra

Comment regarder tranquillement sa vie

En mettant au centre la fin

La certitude d’une fin

La mort

Sa propre fin

Et la fin de toutes choses pour soi

En soi

Quand le souffle, la chaleur, le mouvement, la voix seront morts

Alors je serai morte

Je serai froide comme on dit

Le sang sera figé



5

Comment penser son corps comme un petit tas d’os desséchés

Le penser pour vivre avec la mort au centre, autour

Comme perspective

Pas le succès, la mort

La mort comme succès



6

Je pense à ton corps chaud que je peux palper

Et je vois ton cœur s’arrêter

Le moment exact où le cœur va cesser de battre

C’est la mort

Comment vivre avec cette mare au fond du cœur

Le savoir de la promesse de mort

Naître c’est être promis à la mort

Etre remis entre ses mains
...

perpignan




neige à marseille








après un spectacle de danse pour les bébés

Tactile Ah son 
ventre au sol 
à plat
aphone 
à l'horizontal
le corps tombe 
c'est la gravité
les jambes ne portent pas encore
tac til A son autour 
des bébés des mamans des nounous
tactile à son elle 
bouge un bras elle 
ne bouge pas elle 
bouge les fesses elle 
s'arrête elle 
ne connait pas la verticale elle 
ne cesse de tomber 
retomber à plat elle
rampe elle
bouge en avant elle
bouge en arrière elle 
rampe elle
se traîne par terre 
des bébés tout autour et dessus elle
sous sa main des bébés 
des yeux tout autour elle 
rentre dans le sol
lourde la gravité 
rend lourd les articulations
sont lourdes elle 
n'articule pas elle
n'a pas les mots elle
n'a pas la langue des bébés 
des bébés sur elle sous elle 
sans les mots des bébés 
l'autre elle 
dit oh dit ah dit i elle 
glisse elle
ne parle pas elle 
répond oh elle répond ah elle répond i elle
se déplace d'avant en arrière 
sur les bras les bébés aussi 
sur les genoux elle 
va trouver ses 4 pattes 
trouver un peu de légèreté 
trouver un peu d'air sous le corps elle
va envoyer bouler la gravité elle 
va se lever elle 
n'a pas les mots c'est
la langue elle
bouge dans sa bouche elle 
peut faire les sons des sons 
de gorge des sons 
de langue elle 
peut regarder elle 
regarde dans les yeux elle 
observe elle
voit les bébés et les mamans et les nounou tout le monde
est là autour elle 
va d'avant en arrière et 
d'arrière en avant 
tactile à son elle
touche elle
tape elle
caresse elle
attrape elle
tend la main elle
se retient voilà ce sont 
ses mains ce sont 
les mains des bébés les mains 
des mamans les mains 
des nounous ce sont 
nos mains on
parle on 
triture avec on 
palpe on 
fait des signes on
fait des sons tac til A son on 
fait des galipettes on
se roule par terre on 
est tous ensemble 
au ras du sol on 
est tous ensemble
des bébés voilà c'est 
notre nous-bébés

catalans - où va-t-il ?





morceau de conte inuit - la femme squelette


La Femme Squelette vit la larme briller à la lueur du feu et soudain, elle eut terriblement soif. Elle déplia ses os et se glissa vers l'homme endormi, puis posa sa bouche sur la larme. Cette unique larme fut une rivière à ses lèvres assoiffées. Elle but encore et encore, jusqu'à étancher la soif qui la brûlait depuis si longtemps.

Pendant qu'elle était allongée auprès de lui, elle plongea la main en l'homme endormi et mit au jour son cœur, ce puissant tambour. Elle s'assit et tapa sur les deux côtés du cœur : Boum, boum ! Boum, boum !

Tandis qu'elle jouait ainsi, elle se mit à chantonner : "De la chair, de la chair, de la chair !" Et plus elle chantait, plus son corps se couvrait de chair. Elle chanta pour une chevelure, elle chanta pour des yeux, elle chanta pour des mains potelées. Elle chanta pour une fente entre ses jambes, pour des seins longs, assez profonds pour tenir chaud, et tout ce dont une femme a besoin.

Et quand ce fut terminé, elle chanta pour ôter les vêtements de l'homme endormi et se glissa avec lui dans le lit, peau contre peau. Elle rendit à son corps le tambour magnifique, son cœur, et c'est ainsi qu'ils se réveillèrent, l'un et l'autre emmêlés d'une façon différente, maintenant, après la nuit passée, de bonne et durable façon.

monceau




diorama - Palais de Tokyo








choeur de femmes bis









D’un tout petit espace
/ Le fil d’un horizon /
/ La lame qui tranche /
On peut sortir vivant
/ La cicatrice fait preuve /
/ L’horizon borde et suture /
D’un tout petit espace
/ Le repli du jour /
/ Épave d’orange au fond d’un seau bleu /
Ou mort
/ Murs de chaux, repoussés /
/ D’un tout petit espace /
/ Plus loin la mer brille et avale /
Un brasier, le bonheur
/ Une île inconnue apparaît quelquefois /
/ Les yeux, fermés /
/ D’un tout petit espace /
Se déplie, se déploie
/ Une peau, un satin qu’on lisse à l’infini /
/ On y associe une idée et une sensation /
/ La douceur /             
/ Un regard, une maladresse /
Du tout petit espace
/ Qui sépare le toi, le moi /
/ L’attente, du vent /
Peut naître l’amour
/ Parce que nous y serons exposés /
/ Comme les mains qu’on impose aux envoûtés /  
Ce tout petit espace
/ D’où chacun naît, où chacun meurt /
/ Fleuri d’épines quand les fleurs ont fané /
Ce tout petit espace où je me tais  

ouvrir fermer les bras pétrir




eaux de Toulouse





3



Intimacy

I repeat slowly
Tout bas
Intimacy
Dedans
Into
Dedans toi
S’empaler
Enter
Entrer
Pénétrer
S’enfoncer
Fucking enter
Real life
I repeat slowly
En silence
Real life
Here
Real life
À cet instant
Right now
Real life
A kind of intimacy
Un rapport
A split second
A lightening
Une échappée
Ça nous a échappé
Nous avons été proches
Close
Disclosed
Revealed
Cela apparaît
Nous nous aimons
We love each other
Tenderly
Confidently
Furiously
Stormy
In a contradictory manner
Sans concessions
On risque sa peau
A chaque instant
À s’aimer si fort
Se déchirer si fort
Lose our bones
And the heart
With the blood